17.4.08

Lâche pas la patate

J’ai lu l’autre jour dans la Globe and Mail un article très intéressant sur… les patates.

Saviez-vous que l’ONU a fait de 2008 l’année internationale de la pomme de terre? L’objectif est d’encourager la population mondiale a cultivé et a consommé davantage de pommes de terre.

La bonne vieille patate pourrait aider à résoudre la crise alimentaire mondiale dont on vient de découvrir l’existence. Elle pousse à peu près n’importe. Elle ne coûte pas cher à produire. Elle ne demande pas beaucoup d’eau ni de fertilisant. Elle est nourrissante. Mais sa plus belle qualité, c’est qu’elle échappe à la mondialisation.

Parce qu’elles s’exportent mal pour cause de maladie et de conservation difficile, les patates sont surtout consommées localement. Il n’y a pas de «marché mondial» de la pomme de terre comme il y en a un pour le blé, le riz et le maïs. Alors les patates échappent à la spéculation et à la flambée des prix des denrées alimentaires qu’on connaît à l’heure actuelle.

J’ai appris plein de choses dans mon article. La pomme de terre est la troisième plante la plus cultivée pour l’alimentation humaine, après le blé et le riz. La planète a produit 320 millions de tonnes de patates en 2007. Le Bélarus est le pays où on consomme le plus de pommes de terre, alors que la Chine est celui qui en produit le plus. Ce qui veut dire que nos ancêtres n'étaient pas dans les patates quand ils ont baptisé le pâté chinois...

2 commentaires:

Anonyme a dit...

Depuis longtemps dans tous les pays pauvres, la pomme de terre se mange parce qu'elle ne coûte pas cher. Dans l'ancienne Russie par exemple etc.etc. J'ai apris cela à l'école. Salut Renée

Natasha Durand a dit...

Très intéressant! Ça manquait à ma culture... Et le manioc? Hein? Un bon ragoût de manioc...